Archives de Catégorie: Envies

Bizarre comment la vie change !

Là je commence à douter, est ce que c’est vraiment la vie qui change ou ce sont les personnes qui changent. Tout est lié, on ne peut pas trancher dans ce sujet. Les personnes ont leurs vies qui sont en général liées aux vies des autres qui, de leurs parts sont liées et ainsi de suite, un changement influe directement ou indirectement l’autre…

Ce qui intéresse dans la chose c’est pas seulement le fait que ça change, mais surtout le comment il le fait et l’axe de temps qu’il présente, ce dernier qui peut être une fraction de seconde, chose qui est choquante dans la plupart des fois. Cela devient encore plus choquant si le changement se mêle au coté négatif, le changement radical qui présente à la fois des effets positifs et autres négatifs sur la personne et sur son environnement.

Vous allez peut être vous vous demander pourquoi je parle de ça et en ce moment, d’autres qui vont dire, peut être il vit une situation de changement dans sa vie ou celles de ses ami(e)s… c’est exact, ce que je fais c’est juste rapporter ce que ma conscience a pu remarquer de la réalité que vit l’être humain chaque jour, des millions de personnes changent chaque jour, parfois cela passe inaperçue étant donné que le changement n’est pas remarquable ou minime.

Il y’en a ceux qui ne sont même pas conscients de leur changement, ce qui fait que ce sont en général les amis proches ou non qui font la remarque. Rare sont les personnes qui arrivent à détecter leurs propres points de changement, ceux qui arrivent à prononcer : « Ah tiens, j’ai changé/je change », c’est là où réside l’un des plus important des points forts de la personnalité, la connaissance de soi. Cette dernière qui mène à ce que la personne ne change pas de comportements avec son environnement, négativement parlant bien sûr.

Bref, cela paraît peut être incompréhensible mais si on ne comprend pas ce que tout cela veut dire, c’est qu’on est toujours pas arrivé au stade de savoir gérer son changement, envers soi et vis-à-vis des autres.

Publicités

Un mot à saisir : Vivre.

Cette inspiration qui m’est venu grâce à une chanson que je divulgue pas son nom, je me vois plongé dans la mer d’un sujet qui pas seulement me concerne, mais concerne toute l’humanité.

Depuis que nous étions que des bébés, la seule chose que nous devions faire c’était de vivre, un seul cri pour demander le biberon, et là nous ne demandons que ce que nous demande notre système : boire, aspirer et respirer, dormir, faire du pipi et ce qui va avec… A ce moment là, vivre était une chose que nous faisons sans savoir comment, l’innocence en est la raison.

Nous commençons à devenir des enfants, plus âgés que des bébés, nous commençons à avoir conscience de d’autres façons de vivre, jouer, connaître ses parents, ses frères, ses amis peut être, crier ne devient pas seulement un moyen pour demander de la bouffe mais cela peut être pour le contraire ne pas vouloir manger, crier était également avoir peur, avoir mal, ne pas aimer quelqu’un… et par conséquent, c’est de vivre, encore petits, des innocents.

On devient de plus en plus grands, adolescents ou jeunes, cela ne fait pas la différence si ne nous connaissons toujours pas ce que c’est que vraiment le mot Vivre, simplement, ce n’est pas seulement manger, boire, respirer, avoir des amis… ce n’est du tout crier. Un autre sens s’attache au mot vivre, une illusion complète vers le bonheur qui n’est bien sûr jamais absolu, chacun de nous s’attire à une façon pour être heureux, pour sentir la joie sans que cela soit au détriment de n’importe quelle chose ou personne, une façon qu’on ne doit pas chercher dans mars ou n’importe où, elle est avec nous. Cela peut être un cœur qui batte, pourtant il y en a ceux qui disent que c’est l’amour qui me rend le plus heureux, pour eux ils ont raison on n’y peut rien dire. Mais faut surtout pas oublier qu’il y a mille façons et façon pour sentir la joie, mais ce que vous allez remarquer vers la fin de la découverte de ces milles et une façon, c’est que le point commun et qui touche tous les concernés c’est en lui même l’Amour. Une recette pour préparer à sentir la joie en utilisant des ingrédients qu’on n’achète pas, qu’on ne trouve que chez soi même, une toute confiance en soi, et un amour net. Aimer ce que nous faisons, faisons le avec toute confiance en soi.

C’est pas miraculeux ce que nous demander la vie de faire pour la vivre, tel est ce que doit saisir plusieurs personnes qui, pour vivre, font du mal à eux même et aux autres. Ce n’est pas difficile ce que nous devons faire pour apprendre à vivre ni facile de vivre. Aimer et avoir confiance deux jungles que leurs découvertes demandent des efforts bien remarquable.

« Vous avez peur de vivre parce que vivre c’est prendre le risque de souffrir » [Arnaud Desjardins]

Une envie… d’écrire, pour vous souhaiter de bonnes vacances (Retour après une longue absence)

Oui voilà, après des mois de galère entre préparations aux examens, préparations et organisations des événements, Examens et Événements… vient le temps de dire Ouf c’est fini l’épisode annuel… Une année toute pleine de bonnes choses, et de mauvaises. 20 ans de ma vie qui connaissait et qui connait encore des fluctuations énormes.
Vient le temps de se relaxer et prendre soin de soi, se relaxer et penser à soi Oui, il faut le faire, il faut penser au tas de choses qui attendent des décisions, le tas de choses qui attendent des règlements. Je crois énormément en un proverbe marocain qui dit « 3ich N’har tsme3 khbar » en une année, je peux dire que j’en ai accumulé des dizaines, encore des bonnes et des mauvaises.
J’ai pris les bonnes choses au sérieux et je les ai ajouté au portefeuille des réalisations de ma vie, les mauvaises je les ai laissé au coin, il est venu le temps pour décider à leurs propos. De ce fait, tout ce que je dois faire c’est de choisir entre les prendre au sérieux ou laisser tomber par cause que cela ne mérite même une seconde de mon temps pour y penser.
Entre ce qui se passe au monde et au Maroc, je peux dire que les fluctuations sont universelles « Heureusement, elles ne touchent pas seulement ma vie ». En développement et en sous-développement, oui, à ce temps, ces deux mots contradictoires se rencontrent, ici au Maroc. J’en parlerais plus tard, c’est une histoire.
Ce temps d’écrire qui me manquait, je le récupérerais certainement durant ces vacances, chose que j’espère.
Sur ce, je vous annonce le début des vacances qu’attend tout le monde, seulement les vacances d’études.
Je vous souhaite de très bonnes journées ensoleillées, sous les rayons d’un été plus que meilleur que ses précédents.