Le Bon/Malheur d’une étudiante avec 18,22 au Baccalauréat

Une réelle hésitation pour poster cet article, mais vu que vous êtes entrain de le lire que c’est pour une raison. Dans une maison, dans un quartier, dans une zone, dans une ville, dans un pays qui est le Maroc et tout prés de chez moi vit une fille qui s’est fait vraiment de la peine et de la haine en ne faisant qu’étudier, rien qu’étudier, depuis qu’on était tout petits, toujours « VRAIMENT TOUJOURS » la première de toute son école, collège et son lycée. Ses notes ainsi que son enthousiasme avec toute timidité et invisibilité ont fait d’elle une star, chez elle. Toute sa famille l’apprécie, et des gens ont commencé de l’appeller « Oustada » ou « Tbibta » avec le mot compliment « Dialna ».

Le bonheur se voyait aux yeux de tous les membres de sa famille, qui sont malheureusement, dans une classe sociale considérée pauvre, approuvé par eux même et vous allez voir pourquoi. Le lycée était pour la fille une étape très importante, elle s’est promis de la passer dans les très bonnes conditions, que ces dernières sont pour elles, ne plus jamais sortir avec ses ami(e)s (chose qu’elle n’a jamais fait), ne pas assister aux festivités à laquelle on l’invite. Ses ami(e)s se rendent chez elle, notamment pas pour savoir où est ce qu’elle se cache mais pour lui demander quelque chose bien sûr liée à un cours ou exercice.

L’année deuxième baccalauréat avec une très bonne note au régional, à mon époque, on s’emmerdait pour le régional plus que pour le baccalauréat. Pour cette fille les deux sont les mêmes, des vacances passées en préparation au baccalauréat, l’année commencent avec des cours déjà appris et donc directement préparation à l’examen final. Le jour des résultats, j’ai eu le plaisir d’être demandé par sa maman puis lui chercher son résultat via internet. La fille qui allait mourir de peur, malgré qu’elle sait qu’elle va certainement sans aucune doute réussir, a reçu le bonheur heureusement de ma part, une fois les résultats annoncés sur internet, j’étais le moyen qui a remplis la maison de la famille de youyous d’hyper joie tout en annonçant qu’elle a eu une mention TRÈS BIEN, la fille demandant la note, elle sourit en lui montrant le résultats via mon portable, elle s’assure que c’est bien elle et c’est bien sa 18,22 (résultat affiché sur Menara).

La vie devient belle, après elle sera moins belle. Le même jour, et cette fois sollicité par ma mère, on me demande pour lui expliquer ce qu’elle pourra faire après son baccalauréat, tout en commençant à poser mes questions à la fille, j’étais face au choc de savoir que la fille n’a pas pu envoyé sa pré-inscription à toutes écoles marocaines ni aux classes préparatoires. Avec toute confiance qu’elle sera parmi les meilleurs quelques soit l’école ou l’endroit, ma curiosité m’a mené à demander le pourquoi de la chose, la réponse étant aussi choquante, pas d’argent pour acheter tous ces timbres, ces pièces.. pour postuler, ni de l’argent pour payer les frais de l’envoi. J’aurais aimé qu’on fasse n’importe quoi pour aider cette fille juste à postuler, que voir son avenir estudiantin pas dans son chemin.

Désirant rendre sa famille encore plus heureuse afin de leur rendre les moindres des bienfaisances qu’ils lui ont fait, elle a espéré intégré une grande école d’ingénierie ou bien évidemment faire la médecine, son hasard ne s’est pas trouvé dans un point de choix. Ses postulations aux post-bacs ne concernait que l’ENSA Safi, l’ENCG Casa et la fac, ses profs qui ont galéré pour la bien orienter et lui espérer le meilleur, se sont également trouvé face à un phénomène plus grand, la pauvreté. ENSA Safi parce que sur Safi il y a sa tente, que cette dernière s’est rendu à Casa pour s’y installer définitivement, juste après que la fille ait son bac. ENCG Casablanca, parce que son amie a pris l’initiative de se rendre à l’école et déposer les deux candidatures en même temps. La fac, parce qu’elle est proche de chez elle.

Elle voyage avec son amie pour passer le concours de Safi, sa famille qui fait n’importe quoi pour la fille, ne l’a envoyé que parce que c’est son amie qui l’invite à s’héberger chez sa tante pour le jour du concours. Inquièt pour cette fille, j’ai pensé à la suivre au moins via internet, une fois les résultats du concours de l’ENSA Safi sorti, j’ai cherché le nom pour savoir qu’elle y est admise, BONNE CHOSE, la mauvaise vient par la suite. Elle ne pourra pas s’y rendre et vivre à l’ENSA Safi parce que cela demande trop de frais et des nécessités de vie que la famille ne pourra pas remplir. La fille rate le concours de l’ENCG Casablanca parce qu’elle est tombée malade ce jour-là.

Bien clair, le seul choix qui lui reste c’est la Fac. Prise de nouvelle en choc, je me suis dis que c’est ce qu’elle doit faire tout en prenant en considération sa situation familiale et financière, la Fac et plus proche de chez elle, au moins, pas de frais de transport demandé. PIRE, la fille ne s’est rendu compte de la possibilité d’avoir une bourse qu’après qu’il soit trop tard. En discutant avec elle, la fille accepte avec sourire sur la bouche et une tristesse aux yeux. L’essentiel est que la fille ne regrette du tout rien, elle croit en elle comme tout le monde le fait.

La jeune étudiante à la faculté des sciences revoit sa vie heureuse, elle n’a pas à pousser ses parents pour faire l’impossible pour qu’elle soit éduquée, il lui suffit déjà ce qu’ils font pour elle. Morale d’après elle, il n’est pas nécessaire de commencer du top pour arriver au plus top, les gens vivent leurs vies tout en descendant des escaliers et ne passent jamais à l’autre étape on oubliant une autre.

Ce n’est pas la pauvreté qui va freiné les gens à faire de bonnes choses, il faut surtout prendre les choses à la positive et considérer, fortement conseillé, la pauvreté comme motivation pour travailler et donner de son meilleur. N.S n’est pas la seule fille à qui se passe ce qui s’est passé mais il faut toujours apprendre de ce qui nous arrive, ne pas vivre juste pour vivre.

Advertisements

Publié le 30/09/2011, dans LIFE - IRL. Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. SAMADI Abdo

    للأسف , هذا هو المغرب .
    لكن يجب عليها فقط أن تعمل والله عز وجل لن يضيعها

    ونرجوا لها التوفيق

  2. ça m’a fait mal au cœur en lisant l’article…j’espère seulement que la fille ne baisse pas les bras car à mon avis ce n’est pas tard, elle peut encore changer le cours de sa vie avec sa détermination admirable et son persévérance incroyable..je lui souhaite bonne chance de tout de mon cœur!

  3. c’est malheureux ce qui c’est passé pour cette jeune fille, mais faut il lui rappeler qu’un individu en USA qui s’appelait Thomas Edison avait quitté l’école dés son jeune age(les profs le trait d’idiots) et a perdu une grande partie de sa capacité auditive à l’age de 9 ans et malgré tout ça il a avoir dans son palmarès plus que 2000 brevets d’inventions: ampoule électrique, gramophone… (pour rappelle Thomas Edison après avoir quitter l’école à travailler dans plusieurs petit boulot dont vendeur de journaux).
    mon message cette jeune: courage demain sera mieux qu’aujourd’hui

  4. Lamentable…

    Vraiment des histoires comme celle-ci ne font que la peine au cœur…des personnes qui font tout pour réussir et au final tout crash d’un seul coup…

    Le Maroc, un pays qui n’est pas riche mais quand tu y est riche tu es plus fort et quand tu y est pauvre osef de toi. La pauvreté en elle même n’est pas la cause de la souffrance de cette fille mais la mauvaise gestion des administrations marocaines, de nos jours les nouvelles technologies prennent de plus en plus place mais non exploitées entièrement, au lieu que ces pré-inscriptions doivent se faire seulement en quelques cliques via Internet on doit envoyer plein d’enveloppes par tout sans oublier qu’on doit faire le tour du Maroc pour passer les testes écrit/orales dans chacun des établissements, vraiment pathétique.

    Je clore en souhaitant un bon avenir à la fille, elle doit surtout pas stresser (lkhayr fima khtaraho Allah) même la faculté est un bon endroit pour continuer ses études surtout si on y est sérieux, alors bon courage à toi jeune fille.

    • Bonjour, Merci pour ton commentaire.

      Il existe une panoplie de raisons derrière ce qui se passe de ce coté, il faut avouer que malheureusement ce sont des choses hors de nous et notre contrôle.

      • khouya badr
        Certe se sont hors notre controle mais il faut jamais se décourager. plusieurs personnage dans l’histoire humaine ont pu avec rien faire l’incoyabe. il faut seulement avoir confiance en soi et se battre jusqu’au bout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :